Beigbeder Frederic (FR) — 99 francs (14, 99 €)

Тут можно читать онлайн книгу Beigbeder Frederic (FR) - 99 francs (14, 99 €) - бесплатно полную версию (целиком). Жанр книги: Современная проза. Вы можете прочесть полную версию (весь текст) онлайн без регистрации и смс на сайте Lib-King.Ru (Либ-Кинг) или прочитать краткое содержание, аннотацию (предисловие), описание и ознакомиться с отзывами (комментариями) о произведении.

99 francs (14, 99 €)
Количество страниц: 41
Язык книги: Французский
Язык оригинальной книги: Французский
Издатель: Grasset & Fasquelle
Город печати: Paris
Год печати: 2000
ISBN: 2246567610, 9782246567615
Прочитал книгу? Поставь оценку!
0 0

99 francs (14, 99 €) краткое содержание

99 francs (14, 99 €) - описание и краткое содержание, автор Beigbeder Frederic (FR), читать бесплатно онлайн на сайте электронной библиотеки Lib-King.Ru.

«Un redacteur publicitaire, c'est un auteur d'aphorismes qui se vendent». Octave, riche concepteur-redacteur de 33 ans, se rebelle et s'insurge contre l'univers superfetatoire de la publicite qui brasse des millions d'euros en vendant des produits inutiles a de pauvres menageres. Le redacteur publicitaire detient le pouvoir absolu des mots et des formules lapidaires. Il suscite l'envie, influence votre inconscient et decide a votre place ce qu'il vous semblera indispensable d'acheter. A la recherche d'une purete perdue, Octave ecrit son livre pour detruire la publicite et se faire licencier. Mise en abime de l'acte d'ecrire, 99 francs est une avancee narrative qui progresse au rythme de ses reflexions ironiques, de son existence regentee par l'argent, le sexe et la cocaine. «Tout s'achete : l'amour, l'art, la planete Terre, vous, moi». Ce roman est une sorte de diatribe, de confession enragee scandee par des scenarios publicitaires qui interrompent savamment le recit, non sans derision. Octave, lucide et critique a l'egard de ce systeme mercantile n'en est pas moins le jouet et le restera jusqu'au bout.(Nathalie Jungerman)

99 francs (14, 99 €) - читать онлайн бесплатно полную версию (весь текст целиком)

99 francs (14, 99 €) - читать книгу онлайн бесплатно, автор Beigbeder Frederic (FR)

Frédéric Beigbeder

99 francs (14, 99 €)

«II n’y a, bien entendu, aucune raison pour que les totalitarismes nouveaux ressemblent aux anciens. Le gouvernement au moyen de triques et de pelotons d’exécution, de famines artificielles, d’emprisonnements et de déportations en masse, est non seulement inhumain (cela, personne ne s’en soucie fort de nos jours); il est — on peut le démontrer — inefficace: et, dans une ère de technologie avancée, l’inefficacité est le péché contre le Saint-Esprit. Un Etat totalitaire vraiment «efficient» serait celui dans lequel le tout-puissant comité exécutif des chefs politiques et leur armée de directeurs auraient la haute main sur une population d’esclaves qu’il serait inutile de contraindre, parce qu’ils auraient l’amour de leur servitude. La leur faire aimer — telle est la tâche assignée dans les Etats totalitaires d’aujourd’hui aux ministères de la propagande, aux rédacteurs en chef de journaux et aux maîtres d’école».

ALDOUS HUXLEY, nouvelle préface au Meilleur des mondes, 1946.

«On nous inflige

Des désirs qui nous affligent».

ALAIN SOUCHON, Foule sentimentale, 1993.

«Le capitalisme a survécu au communisme. Il ne lui reste plus qu’à se dévorer lui-même».

CHARLES BUKOWSKI, Le capitaine est parti déjeuner et les marins se sont emparés du bateau, 1998.

I. Je

«Ce qu’on est incapable de changer, il faut au moins le décrire».

RAINER WERNER FASSBINDER

1

Tout est provisoire: l’amour, l’art, la planète Terre, vous, moi. La mort est tellement inéluctable qu’elle prend tout le monde par surprise. Comment savoir si cette journée n’est pas la dernière? On croit qu’on a le temps. Et puis, tout d’un coup, ça y est, on se noie, fin du temps réglementaire. La mort est le seul rendez-vous qui ne soit pas noté dans votre organizer.

Tout s’achète: l’amour, l’art, la planète Terre, vous, moi. J’écris ce livre pour me faire virer. Si je démissionnais, je ne toucherais pas d’indemnités. Il me faut scier la branche sur laquelle mon confort est assis. Ma liberté s’appelle assurance chômage. Je préfère être licencié par une entreprise que par la vie. CAR J’AI PEUR. Autour de moi, les collègues tombent comme des mouches: hydrocution dans la piscine, overdose de cocaïne maquillée en infarctus du myocarde, crash de jet privé, cabrioles en cabriolet. Or cette nuit, j’ai rêvé que je me noyais. Je me suis vu couler, caresser les raies manta, les poumons remplis d’eau. Au loin, sur la plage, une jolie dame m’appelait. Je ne pouvais lui répondre car j’avais la bouche pleine d’eau salée. Je me noyais mais ne criais pas au secours. Et tout le monde faisait pareil dans la mer. Tous les nageurs coulaient sans appeler à l’aide. Je crois qu’il est temps que je quitte tout parce que je ne sais plus flotter.

Tout est provisoire et tout s’achète. L’homme est un produit comme les autres, avec une date limite de vente. Voilà pourquoi j’ai décidé de prendre ma retraite à 33 ans. C’est, paraît-il, l’âge idéal pour ressusciter.

2

Je me prénomme Octave et m’habille chez APC. Je suis publicitaire: eh oui, je pollue l’univers. Je suis le type qui vous vend de la merde. Qui vous fait rêver de ces choses que vous n’aurez jamais. Ciel toujours bleu, nanas jamais moches, un bonheur parfait, retouché sur PhotoShop. Images léchées, musiques dans le vent. Quand, à force d’économies, vous réussirez à vous payer la bagnole de vos rêves, celle que j’ai shootée dans ma dernière campagne, je l’aurai déjà démodée. J’ai trois vogues d’avance, et m’arrange toujours pour que vous soyez frustré. Le Glamour, c’est le pays où l’on n’arrive jamais. Je vous drogue à la nouveauté, et l’avantage avec la nouveauté, c’est qu’elle ne reste jamais neuve. Il y a toujours une nouvelle nouveauté pour faire vieillir la précédente. Vous faire baver, tel est mon sacerdoce. Dans ma profession, personne ne souhaite votre bonheur, parce que les gens heureux ne consomment pas.

Votre souffrance dope le commerce. Dans notre jargon, on l’a baptisée «la déception post-achat». Il vous faut d’urgence un produit, mais dès que vous le possédez, il vous en faut un autre. L’hédonisme n’est pas un humanisme: c’est du cash-flow. Sa devise? «Je dépense donc je suis». Mais pour créer des besoins, il faut attiser la jalousie, la douleur, l’inassouvissement: telles sont mes munitions. Et ma cible, c’est vous.

Je passe ma vie à vous mentir et on me récompense grassement. Je gagne 13 000 euros (sans compter les notes de frais, la bagnole de fonction, les stockoptions et le golden parachute). L’euro a été inventé pour rendre les salaires des riches six fois moins indécents. Connaissez-vous beaucoup de mecs qui gagnent 13 K-euros à mon âge? Je vous manipule et on me file la nouvelle Mercedes SLK (avec son toit qui rentre automatiquement dans le coffre) ou la BMW Z 3 ou la Porsche Boxter ou la Mazda MX 5. (Personnellement, j’ai un faible pour le roadster BMW Z3 qui allie esthétisme aérodynamique de la carrosserie et puissance grâce à son 6 cylindres en ligne qui développe 321 chevaux, lui permettant de passer de 0 à 100 kilomètres/ heure en 5,4 secondes. En outre, cette voiture ressemble à un suppositoire géant, ce qui s’avère pratique pour enculer la Terre).

J’interromps vos films à la télé pour imposer mes logos et on me paye des vacances à Saint Barth’ ou à Lamu ou à Phuket ou à Lascabanes (Quercy). Je rabâche mes slogans dans vos magazines favoris et on m’offre un mas provençal ou un château périgourdin ou une villa corse ou une ferme ardéchoise ou un palais marocain ou un catamaran antillais ou un yacht tropézien. Je Suis Partout. Vous ne m’échapperez pas. Où que vous posiez les yeux, trône ma publicité. Je vous interdis de vous ennuyer. Je vous empêche de penser. Le terrorisme de la nouveauté me sert à vendre du vide. Demandez à n’importe quel surfeur: pour tenir à la surface, il est indispensable d’avoir un creux en dessous. Surfer, c’est glisser sur un trou béant (les adeptes d’Internet le savent aussi bien que les champions de Lacanau). Je décrète ce qui est Vrai, ce qui est Beau, ce qui est Bien. Je caste les mannequins qui vous feront bander dans six mois. A force de les placarder, vous les baptisez top-models; mes jeunes filles traumatiseront toute femme qui a plus de 14 ans. Vous idolâtrez mes choix. Cet hiver, il faudra avoir les seins plus hauts que les épaules et la foufoune dépeuplée. Plus je joue avec votre subconscient, plus vous m’obéissez. Si je vante un yaourt sur les murs de votre ville, je vous garantis que vous allez l’acheter. Vous croyez que vous avez votre libre arbitre, mais un jour ou l’autre, vous allez reconnaître mon produit dans le rayonnage d’un supermarché, et vous l’achèterez, comme ça, juste pour goûter, croyezmoi, je connais mon boulot.

Mmm, c’est si bon de pénétrer votre cerveau. Je jouis dans votre hémisphère droit. Votre désir ne vous appartient plus: je vous impose le mien. Je vous défends de désirer au hasard. Votre désir est le résultat d’un investissement qui se chiffre en milliards d’euros. C’est moi qui décide aujourd’hui ce que vous allez vouloir demain.

Tout cela ne me rend probablement pas très sympathique à vos yeux. En général, quand on commence un livre, il faut tâcher d’être attachant et tout, mais je ne veux pas travestir la vérité: je ne suis pas un gentil narrateur. En fait je serais plutôt du genre grosse crapule qui pourrit tout ce qu’il touche. L’idéal serait que vous commenciez par me détester, avant de détester aussi l’époque qui m’a créé.

Поделиться книгой

Оставить отзыв